Scopus et la recherche fédérée

May 29, 2006 at 1:10 pm 1 comment

La BU d'Angers signale env. 6800 périodiques électroniques dans son offre, dont 2300 correspondent à des titres en Open Access (DOAJ) et 4300 correspondent à des abonnements pris par la BU. Presque toute notre offre concerne les domaines Science et Santé. Nous avons fait dans les dernières années des tentatives dans les domaines du droit, de l'éco, etc. Sans succès. Presque toute notre offre de périodiques électroniques (c'est différent pour les bases de données) est, par ailleurs, concentrée sur le niveau Recherche. C'est là aussi, de toute façon, qu'est l'usage (statistique).

Bref: un moteur de recherche fédérée sur l'ensemble de nos périodiques électroniques viserait essentiellement les périodiques de niveau recherche dans les sections scientifiques et médicaux.  

Scopus est notre base de données bibliographiques principale. 82% des titres pour lesquels nous achetons un accès en ligne y sont dépouillés: env. 3600 titres; 18 % des titres d'Angers (750 titres) ne sont pas dépouillés dans Scopus.

Je ne suis pas entièrement convaincu que l'achat d'un moteur de recherche fédérée se justifie pour couvrir les 750 titres que ne couvre pas Scopus. Du point de vue de la documentation recherche, Scopus est notre moteur de recherche fédérée. 

Advertisements

Entry filed under: MBSSI, Uncategorized.

JC Blog et le PEB links for 2006-06-06

1 Comment Add your own

  • 1. jean-charles  |  May 30, 2006 at 7:31 pm

    Ton raisonnement tient la route, nous sommes dans le même contexte. J’ajouterai que le tour d’horizon (facile!) que j’ai pu faire des bibliothécaires mettant en place un moteur de recherche fédérée leur fait exprimer leur déception par rapport à ce type d’outil qui à tendance à niveler la recherche par le bas. Et de plus en plus lorsque l’on fédére un nombre important de cibles. Du côté utilisateur, le principe les enthousiasme, mais la réalité des résultats obtenus est cruelle de part son manque de pertinence, surtout lorsque le choix des bases où appliquer la recherche fédérée est laissé aux utilisateurs. Je reste persuadé que l’apport du résolveur de liens en terme de services au niveau de la référence bibliographique est plus pertinent.

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Feeds


%d bloggers like this: