portails documentaires

April 20, 2006 at 8:26 am 2 comments

J'ai participé hier à une journée à l'enssib sur e-bibliothécaire et e-bibliothèque. Il y avait plusieurs choses très intéressantes, sur OAI, l'archivage de la documentation numérique, et du web en particulier, sur les blogs. Pour tous ces sujets, cf le blog de la journée, tenue par les conservateurs stagiaires de l'enssib, organisateurs. http://ebib.over-blog.com/

Je veux juste détailler ici l'intervention de Guillaume HATT, qui a parlé des portails documentaires, à partir du cas de Valenciennes. Comme c'est un sujet qui préoccupe directement ma BU, je retranscris mes notes ici.

Valenciennes faisait parti du noyau des établissements développeurs de l'ENT Esup-Portail. Guillaume souligne d'emblée un élément politique important: si l'université a une forte volonté politique de faire un ENT, un des premier problèmes qui se posent est de trouver des contenus pour que l'ENT soit autre chose qu'une coquille vide. L'Université pense naturellement aux emplois du temps, et se tourne vers les services des scolarités, mais pense aussi très vite à la BU, qui a plusieurs atouts à faire valoir: la BU a des contenus (opac, doc élec, etc) et a une certaine habitude des normes.

Le problème, vu du côté de la BU, est l'hétérogénéité des ressources: l'opac, les cdroms, la doc élec, le site web institutionnel (la comm' de la bibliothèque), les docs numériques internes, des catalogues collectifs, etc. L'objectif fondamental est dès lors de proposer un seul écran donnant accès à ttes les ressources.

Secondairement, le travail doit être doublé: proposer une intégration au niveau du système de la bibliothèque, et une intégration au sein de l'ENT proprement dite. Sachant que dans le cas de Valenciennes, il est clairement affirmé que le système de la bibliothèque a vocation a disparaître purement et simplement au profit de l'ENT. C'est un point sur lequel je suis réservé: je pense qu'il faut faire la première étape, avec un SID et un ENT en parrallèle, et voire ce que ça donne; je ne suis pour l'instant pas prêt à dire que le SID a vocation à disparaître, dans la mesure en particulier où nous ne savons pas encore ce que l'ENT permettra à la BU de faire ou de ne pas faire.

La réalisation du projet de Valenciennes a été rendue possible grâce à un certain nombre de développements techniques :

  • des standards bien implantés: XML
  • des formats ouverts
  • la prise en compte de l'open source dans les marchés publics: non pas nécessairement pour avoir accès au code source du SIGB, par exemple, mais au moins pour avoir accès à des éléments « bas » du logiciel pour permettre l'interopérabilité
  • une interopérabilité, justement, accrue: de nouveaux protocoles (OAI) ont émergés qui n'étaient pas encore vraiment présents dans le paysage au moment de la conception du projet à Valenciennes, en 2002.

Ce dernier indique clairement, à mon avis, qu'il faut aller vite pour faire une intégration: les techniques évoluent très vite et si vous menez votre projet sur 2 ou 3 ans, il y a de fortes chances pour que ce que vous mettez en oeuvre doive être rapidement revu. Ce qui me renforce dans l'idée qu'il ne faut pas faire un marché global SIGB + Portail, dans la mesure où la mise en oeuvre du SIGB va légitimement primer (il faut que le prêt tourne) et que vous ne vous tournerez vers le portail qu'avec un temps de retard.

Guillaume note aussi un certain nombre de changements induits par la réalisation du portail documentaire.

D'abord, on est engagé en tant que fournisseur d'un accès à la doc, et non plus seulement en tant que gestionnaire d'une collection: la BU s'engage, d'une certaine façon, à fournir un accès. Donc si l'accès, réseau par exemple, est coupé, la bibliothèque en tant que service est engagé. Par conséquent le travail de garantie de l'accès devient une partie des missions de l'établissement, ce qui n'était pas nécessairement le cas auparavant.

C'est un élément d'un mouvement plus important qui, avec le SID, fait passer la BU d'une logique de doc à une logique de service:

  • guiche unique avec accès garanti
  • formation pour les étudiants et des personnels
  • accroître la qualité et la quantité des accès: accroître le nombre de postes publics, wifi, micro-portable étudiants, accès distant, prêt de portables aux étudiants (je voudrais bien mettre en place ce dernier élément, d'ailleurs).

On passe aussi d'une gestion de collection à la gestion de flux. A l'origina il y a toujours un choix documentaire, mais il faut alimenter. Tout se passe bien quand c'est entièrement automatisé, par exemple pour les nouvelles acquisitions qui passent du SIGB à l'ENT. Le problème principal est pour tout ce qui n'est pas automatisé: dès que le bibliothécaire intervient, et qu'il doit mettre à jour une info, c'est difficile: les pratiques professionnelles ne suivent pas forcément.

En réponse à des questions, Guillaument a développé un peu des aspects statistiques et de bilan de l'utilisation du portail.

La case de recherche unique pour l'opac, type Google: elle devient le point d'entrée principal pour l'opac (à env. 90%?), et l'opac natif ou les fonctionnalités de recherche complexe ne sont plus utilisé. Il note d'ailleurs que pour une bibliothèque d'env. 100.000 docs ça permet de trouver ce qu'on cherche.

Autre point: l'accès loggé est très très faible pour tous les postes qui se trouvent à l'intérieur même de la bibliothèque; 95% de la navigation est anonyme. Le taux de connexion identifiée augment un peu depuis des postes extérieurs, mais ne dépasse pas 20%.

La recherche fédérée… qui est un point central de tous les projets de ce type, n'est pas utilisée. C'est un flop complet. Guillaume pense tout simplement que dans une université d'environ 10.000 étudiants très orientée sur les premiers cycles, cela ne correspond à aucun besoin. Ils ont besoin de l'opac pour trouver les bouquins dans la bibliothèque. Ils ont besoin d'éléments personnels comme de savoir, dans le web et sans aller à l'opac, s'ils ont des bouquins en retard. Mais les statistiques d'utilisation semblent indiquer qu'il n'y a pas besoin de recherche fédérée pour les étudiants, en particulier de niveau L.

Ce dernier point est crucial: quel est le besoin pour la recherche fédérée à Angers?

D'après l'exemple de Valenciennes on serait tenté d'extrapoler en disant que cela concerne le niveau recherche; cela concerne des éléments homogènes: tous les périodiques de niveau recherche, mais pas: l'opac local, plus les périodiques de niveau recherche.

Et du coup il y a une question cruciale. Nous avons environ 6000 périos électroniques. Notre base de donnée bibliographique principale est Scopus: quelle est la part de nos périos électroniques qui ne sont pas couverts par Scopus? 300? 500? 1000? Plus de 1000? Moins que 100? Si nous sommes dans ce dernier cas, est-ce qu'il est raisonnable de faire un outil de recherche fédérée à grands frais? Scopus ne répond-il pas à nos besoins?

Advertisements

Entry filed under: MBSSI, Uncategorized.

links for 2006-04-14 atomes et gloubiboulga (suite)

2 Comments Add your own

  • 1. Mercure  |  April 20, 2006 at 8:40 pm

    je te trouve bien (trop) modeste par rapport à ton travail à Angers (d’ailleurs je me suis permis de rajouter la BU d’Angers dans les portails de Biblipédia ici
    http://biblio.wikia.com/wiki/Portails_documentaires
    parce qu’il le vaut bien ! )
    Assez d’accord sur la recherche fédérée et sur l’accès case unique qui est aujourd’hui notre première préoccupation dans le cadre de la réinformatisation;
    Les BU et les Bm auraient beaucoup à échanger là-dessus …

    Reply
  • 2. Hatt  |  May 9, 2006 at 2:15 pm

    Bonjour,
    je tombe tardivement sur ce compte-rendu, et je vous en remercie. Je suis content de voir que les deux ou trois choses que j’ai pu constater à Valenciennes peuvent intéresser les collègues.
    Par ailleurs, j’ai creusé la question des stats (en lien avec l’ESGBU 2005) et j’arrive à plus de 95% de consultations du portail dans le but de trouver un document sur place. L’usage du portail en tant qu’OPAC est donc plus que majoritaire… il reste un gros travail de formation à faire sur les services identifiés et les recherches fédérées 😉

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Feeds


%d bloggers like this: