ruminations du week-end

March 20, 2006 at 10:48 am 5 comments

Notes sur quelques lectures de week-end, qui tournent autour de MBSSI – Le système d’Information, et des liens entre ce type de projets et les questions organisationelles.
Dans Library Journal de Juillet 2005, article de Roy Tennant (responsable de la California Digital Library): “Is Metasearching Dead?” Sa réponse est non, mais elle est nuancée. Face à Google et autres moteurs web généralistes, l’avantage de la Recherche Fédérée de Bibliothèque est, dit-il, non pas de pouvoir faire une recherche sur “toute l’offre de la bibliothèque”; c’est au contraire de pouvoir faire une recherche restreinte, qui ne noiera pas le chercheur sous des myriades de résultats plus ou moins à côté de la plaque. Donc le travail à envisager pour MBSSI n’est pas seulement d’accumuler tous les connecteurs possibles pour les ressources de la bibliothèque sous un même “chapeau” de recherche fédérée: toutes les bases de données, le plein texte commercial, le plein texte local, les cours en ligne de l’université, etc. C’est surtout de décider ce qu’on écarte de la recherche, c’est-à-dire de travailler à la définition de différentes interfaces de recherche fédérée pour différents publics et différents objectifs. Une recherche fédérée “à facettes”, pour ainsi dire. Par exemple, proposer:
– une recherche fédérée pour la documentation pédagogique,
– une recherche fédérée pour la recherche SHS,
– une recherche fédérée pour la recherche scientifique et médicale.
Mais il est inutile de proposer une recherche fédérée sur l’ensemble de l’offre de la BU.

Ensuite une conférence de Cal Henderson, un des créateurs de Flickr, sur Web 2.0. Il fait en passant une remarque qui devrait s’appliquer à nos systèmes: on est passé, dit-il, de sites web à des applications web. Et maintenant on passe à des silos de données permettant des entrées/sorties: c’est-à-dire qu’on met l’accent sur les données que contient le système; et qu’on y donne accès par des API (web services) en lecture et/ou écriture, sans obliger l’usager à passer par l’application web “native” construite autour de ces données. Et pour un opac, le SIGB étant en général peu ouvert pour ce qui est des API, on pourrait imaginer d’exporter toutes les données biblio, chaque nuit par ex. et de les recharger dans une autre base plus facilement exploitable pour l’intégration et la recherche fédérée. Ou de bricoler le SIGB pour malgré tout proposer ces entrées/sorties de données.
Enfin, article de Lorcan Dempsey pour les 10 ans d’Ariadne. Dempsey y parle de son expérience avec les Digital Libraries en Grande-Bretagne (JISC) avant son passage à OCLC. Il y a un point qui m’a particulièrement touché dans le contexte de MBSSI: les projets de Digital Libraries menés ces 10 dernières années ont montré, selon Dempsey, que “le développement de nouveaux services dépend de changements organisationnels et commerciaux qu’il est difficile de provoquer par des programmes centrés sur des projets”. Autrement dit, pour que tout ce secteur se développe, les projets ne suffisent pas, il faut des structures. Et si j’essaie de faire preuve d’imagination et de transposer ces questions ici et maintenant, c’est un aspect criant: nous n’avons pas les structures (administratives) capables de porter des projets de Digital Libraries. Pour faire un vrai Système d’Information Documentaire efficace, une BU seule, une Université seule sont un cadre trop petit.
Et nous n’avons aucune structure coopérative du type du JISC ou d’UKOLN. Une structure dotée de moyens (administratifs, financiers, techniques), avec une représentation claire des intérêts des participants, qui se positionne comme prestataire de services pour ses membres.

Mais il faudrait: combien de collègues ménent, en même temps que moi, aussi isolés que moi, le même projet que moi: la recherche fédérée et l’intégration sur le web des ressources de la BU?

Advertisements

Entry filed under: MBSSI, Uncategorized.

search plugin firefox bu angers links for 2006-03-20

5 Comments Add your own

  • 1. Michel Fauchié  |  March 20, 2006 at 11:34 pm

    qques notes de désespoir dans ces propos ? Je crois que le moment est plus que jamais propice à des intiatives. Dans le grand ouest, organisons-nous …La bannière que tu as déployée nous aide.

    Reply
  • 2. nicolas morin  |  March 21, 2006 at 9:23 am

    Désespoir? Non. Mais une prise de conscience (nous avons besoin de structures) qui s’accompagne de certaines limites pratiques : je ne suis pas en position de créer les structures en question et ceux qui sont en position de le faire ne semblent pas on sentiment d’urgence à ce propos.

    Reply
  • 3. Marianne Clatin  |  March 21, 2006 at 3:04 pm

    Je ne sais pas si la question “combien de collègues ménent (…) le même projet que moi: la recherche fédérée et l’intégration sur le web des ressources de la BU?” était une question ouverte ou purement rhétorique. Dans le doute, je réponds quand même : 1 à Paris 7 pour la recherche fédérée ; et pour l’intégration, eh bien, euh… on verra ce qu’on peut faire avec les moyens du bord ? Blague à part, oui, une structure sur ces questions pourrait s’avérer utile. Merci de soulever la question.

    Reply
  • 4. Yann  |  March 24, 2006 at 10:31 am

    Nicolas, tu écris :
    “c’est-à-dire qu’on met l’accent sur les données que contient le système; et qu’on y donne accès par des API (web services) en lecture et/ou écriture, sans obliger l’usager à passer par l’application web “native” construite autour de ces données.”
    Comme tu le sais (si, si !), c’est exactement dans ce sens que le portail Sudoc s’oriente, en misant sur le web service (REST) SRU : le principe est que toute base accessible via l’interface du portail Sudoc le sera aussi en SRU pour les BU. A chaque établissement de l’exploiter à sa manière.
    En complément, pour les établissements qui ne veulent pas dépendre de notre service, qui préfèrent utiliser leurs propres connecteurs, nous avons proposé de créer une sorte de bourse d’échange : partager non pas des accès à des web services, mais le travail intellectuel nécessaire au développement d’un connecteur, travail d’analyse indépendant de l’environnement technique. Et c’est cela le plus coûteux et donc le plus efficae à partager. En d’autres termes, pour chaque connecteur développé par l’abes, on peut l’utiliser de trois manières :
    1. via notre métamoteur ;
    2. en SRU, à disposition des établissements (ce sera vrai aussi d’APE, et de la future base EAD pour les manuscrits, ou des thèses en Full Text issues de STAR) ;
    3. sous la forme d’une fiche d’analyse de la base à connecter (analyse de la requête URL, XPATH pour extraire des données de la page HTML XMLisée..). Ce qu’on a proposé d’appeler des profils HTTP/HTML (à la manière des profils z39.50).
    Bon, j’anticipe deux objections (je te fais confiance pour en lever d’autres 😉 ) :
    1. OK, c’est ce qu’on a annoncé le 14 octobre 2005, mais depuis ? Une partie de la réponse est qu’on attendait le résultat de l’enquête lancée en début d’année. Les réponses indiquent que notre proposition intéresse. C’est donc une pièce essentielle de notre stratégie pour le portail Sudoc, plus que jamais.
    2. Mon commentaire ne dit rien sur la “structure” dont tu parles. Il ne dit pas que cette structure doit être l’abes. La question préalable serait : une telle structure, dans quels buts ?

    Reply
  • 5. nicolas morin  |  March 24, 2006 at 10:48 am

    Je pense que c’est une orientation tout à fait intéressante.
    Quant à la question de la structure, je suis tout à fait favorable à ce que l’ABES soit cette structure… si j’ai mon mot à dire sur les choix de l’ABES.

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Feeds


%d bloggers like this: