opac – y’a rien à comprendre

March 3, 2006 at 3:33 pm 1 comment

J’ai discuté, dernièrement, avec deux informaticiens, de notre opac : c’était intéressant d’avoir leur point de vue d’utilisateurs de la BU, non-bibliothécaires, informaticiens.

Conclusion de la discussion: personne ne comprend rien à notre opac. Il y a des problèmes à tous les virages. Par exemple:

  • Les incohérences de vocabulaire. “Panier”, “album”, “dossier”, quelles sont les différences? Même en étant avec eux devant l’écran et en montrant ce que fait chacun c’est très flou. Le lien “fin de session”, en haut de page, fait la même chose que le lien “se déconnecter” en bas de page.
  • l’éclatement des fonctions. Par exemple vous pouvez sauvegarder les résultats d’une recherche pour la session ou sur le serveur. Vous pouvez aussi vous les envoyer par mail. Certaines fonctionnalités (enregistrer sur le serveur), ne sont disponibles que quand vous êtes loggé. Bref, c’est assez compliqué et le résultat c’est que pour gérer tout ça on en arrive à des choses franchement obtuses, comme un bouton “enregistrer/mail” qui, expérience faite, ne parle à personne.
  • des gadgets qui n’intéressent que les bibliothécaires: donner au lecteur le choix entre envoyer un mail en ASCII, UTF-8 ou ISO 8859-1, c’est ridicule, et ça fait bien marrer les informaticiens.
  • des redondances à n’en plus finir: par exemple sur la page d’accueil de mon opac actuel, il y a trois liens hypertextes qui renvoient à la même page: le logo en haut à gauche, le bouton “recherche” et le bouton “recherche simple”. Autre exemple: le lien “catalogues” sur la page d’accueil ouvre une nouvelle page qui permet de choisir, par ex., le seul catalogue des périodiques. Mais quand vous cliquer sur “catalogue des périodiques”, le système se contente de vous renvoyer à la page d’où vous venez en présélectionnant “catalogue des périodiques” dans le menu déroulant de la recherche simple: ce que vous auriez pu faire directement.

Etc, etc.

Et l’un d’eux à résumé son sentiment général en plusieurs points:

  • il y a des fonctionnalités parfois absurdement complexes (et que je te filtre le sous-ensemble pour l’exporter en ASCII…)
  • le B-A-BA de l’informatique n’est pas toujours respecté (par ex: un code propre)
  • il manque des fonctionnalités parfois absurdement simples (par ex: avoir une fenêtre pour relancer la recherche depuis la fenêtre de résultats)
  • sentiment général: au fil du temps on a ajouté tout un tas de merdouilles à une interface qui, en fait, n’a jamais été remise en cause ou réévaluée.

Bref: on a du boulot! Youpi!

Advertisements

Entry filed under: Uncategorized.

links for 2006-03-01 links for 2006-03-03

1 Comment Add your own

  • 1. Raphaële  |  March 9, 2006 at 6:30 pm

    C’est drôle comme ces choses évidentes ne nous sautent pas aux yeux !
    Dans les bibliothèques, je pense qu’il faudrait commencer par adapter son vocabulaire au public. Je ne cesse de me battre pour ça rien que pour l’affichage d’informations dans le bâtiment.
    Il semble que “faire simple” soit une incapacité congénitale du bibliothécaire.
    Cela dit, les textes de bouton et autres formats d’exports, ce sont quand même bien les informaticiens qui les ont créés…

    Reply

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Feeds


%d bloggers like this: