Archive for February, 2006

links for 2006-02-27

February 28, 2006 at 12:27 am Leave a comment

links for 2006-02-24

February 25, 2006 at 12:30 am Leave a comment

MBSSI – OpenURL

Je commence à réfléchir à ce qui suit le SIGB, désormais acheté: le Système d’Information (avec des majuscules). Je vais essayer de ramasser un peu de doc à droite à gauche dans les mois à venir, faire des petites notes ici même. Pour retrouver mes petits, je créé une catégorie: MBSSI (Ma Bibliothèque – Sacré SI, traduction franco-bibliothéconomique de MPHL: Monty Python – Holy Grail).

OpenURL. Article de Ross Singer: “Helping you buy: Link Resolver Tools” (Computers in Libraries, Feb. 2006, p. 15 sq).

Construction de l’url en 2 parties: adresse du résolveur (http://mabib.fr/resolver.cgi) et infos proprement dites, qui sont le ContextObject (?title=etc).

Norme actuelle: niso Z39.88, OpenURL 1.0. Avec 2 profils San Antonio Profiles 1 et 2:

  • SAP1: représente le ContextObject sous forme de paires simpes title=montitre
  • SAP2: représente le ContextObject en XML. SAP2 permet des services plus étendus.
    Par ex. Scopus permet de fonctionner avec un résolveur SAP2 pour placer dès la fenêtre de résultat un bouton qui indique si oui ou non vous avez le plein texte (sans avoir à passer par un premier bouton “résolveur” et la fenêtre intermédiaire).

La base de connaissance: c’est vraiment ça qu’on achète. A voir: sa complètude, sa qualité, la fréquence de ses mises à jour. Mais aussi: les formats d’export. Par ex. export de la base de connaissance en XML ou en MARC (21 of course…) pour charger les notices dans le SIGB.

Avoir la main sur l’interface: relooker, avoir accès à une interface API/XML, pour pouvoir travailler l’intégration.

Possibilité d’un fonctionnement partagé type consortium.

QQ fournisseurs cités:

  • CSA
  • Ebsco
  • Endeavor
  • Ex Libris
  • Fretwell-Downing
  • Geac
  • Innovative
  • Openly/OCLC
  • Ovid
  • Serials Solutions
  • SirsiDynix
  • TDNet

Petite note supplémentaire.
Il existe plusieurs résolveurs en Open Source, Godot par ex. Le problème étant la base de connaissances. C’est aussi, à mon avis, le problème qu’a rencontré Archimed avec OSC® (ce nom! Un logiciel “libre” qui inclut le sigle “registered trademark” dans son nom même, c’est génial: un lapsus freudien!): ils pensaient, je crois, que la base de connaissance serait maintenue par les clients de façon collaborative; mais comme c’est justement ça qu’on veut acheter…

February 22, 2006 at 2:31 pm Leave a comment

OAI et intégration

On pourrait étendre le principe de fonctionnement décrit dans mon message précédent pour les nouveautés: c’est plus ou moins ce que fait Eric Lease Morgan dans un projet de l’université Notre Dame.

Au lieu d’utiliser l’API XML juste pour sortir les nouveautés, vous l’utilisez pour sortir l’intégralité de votre catalogue: qq chose qui  ressemblerait à ça:
http://serveur:8991/X?

  • op=find&
  • code=[nom de l’index format de notice, par ex]&
  • request=BK[pour tous les livres + thèses, etc?]

Le flux XML renvoyé comprend la notice, mais aussi, ce que je ne précisais pas pour les nouveautés, les exemplaires, grâce à des champs “virtuels” qui font remonter dans la notice bibliographique proprement dite les données d’exemplaire.

Bref: on peut récupérer tout son catalogue en XML.

Par ailleurs on peut récupérer d’autres choses en XML: les thèses numériques gérées dans Castore, moissonées en OAI; tout ce qui est dans le CCSD, articles ou thèses, par le même moyen, toutes les métadonnées des articles du DOAJ, toujours par OAI. Etc. Etc.

Et après qu’on ait fait son marché OAI comme ça, sur nos propres données et sur des données extérieures? Plusieurs pistes (qui pourraient être suivies simultanément):

  • charger toutes ces données dans une base de données locale pour créer facilement, par dessus, un environnement de recherche fédérée: en limitant beaucoup, donc, les besoins de recourir à des connecteurs
  • indexer tous ces fichiers OAI avec un moteur de recherche, par exemple swish-e.
  • pour ce qui est des données de production locales (catalogue, thèses, etc.), utiliser une feuille de style XSL pour tranformer les fichiers OAI en pages HTML et les faire indexer par les moteurs généralistes (Google, etc).

February 8, 2006 at 9:40 am 1 comment

nouveau web: nouveautés

Ci-dessous non pas la façon dont le nouveau web gère les nouveautés, mais la façon dont il va les gérer d’ici quelques temps. Pour l’instant on était pris de court, on a juste entré les données directement dans la base avec PHPMyAdmin. Mais à terme ça devrait marcher selon le principe suivant:

* les acquéreurs mettent un statut de traitement spécifique (NW pour nouveauté) sur les ouvrages qu’ils sélectionnent: ce n’est donc pas un “catalogue des nouveaux achats” mais bien une “sélection de nouveautés”; on s’est mis d’accord pour sélectionner 120 docs répartis en 12 disciplines.
* on utilise une API pour chercher toutes les notices qui ont un exemplaire avec NW comme statut de traitement; ça ressemble à ça:
http://serveur:8991/X?op=find&code=%5Bnom de l’index statut de traitement]&request=NW
* le système renvoi les notices sous forme d’un flux xml OAI qui ressemble à ça:

<varfield id="010" i1=" " i2=" ">
<subfield label="a">2-07-030830-8</subfield>
</varfield>

* on balance plein de trucs mais on garde:
1. le numéro de notice pour générer un lien sur le titre pour renvoyer à la notice détaillée à l’opac
2. les infos biblios minimum
3. l’isbn, qu’on réutilise pour aller chercher la vignette sur Amazon
4. la cote: on a une table d’équivalence qui réparti les cotes entre les 12 disciplines autour desquelles s’articule le web

On ne le fait pas de façon réellement dynamique. C’est-à-dire qu’on pense faire ça une fois par mois et charger les données récoltées par le Web Service dans la base de données du web proprement dite. Cela permet de garantir qu’on a un ensemble homogène de 12×10 nouveautés, et qu’aucune discipline ne se retrouve avec 0 ou 100 nouveautés. Parce que dans le SIGB proprement dit, tous les soirs on fait tourner un truc qui dit :

ssi statut de traitement = NW
et nbre de prêts > 0
alors enlever le statut de traitement

February 6, 2006 at 3:17 pm 2 comments

nouveau web

Notre nouveau web a été mis en ligne lundi: cf bu.univ-angers.fr et ça à l’air de tourner.

Précisons d’emblée que d’ici qq semaines (mois?) on va diffuser une version sous licence open source: toutes les BU de France et de Navarre pourront l’installer: aucune bibliothèque n’aura donc plus d’excuse pour avoir un site minable (hu hu, sans vouloir nous vanter, hein, bien sûr, mais bon, vous pouvez prendre le notre et mettre le votre à la poubelle, non?). Et on a fait attention, dès la conception, à ce que ça puisse être adaptable localement.

Il y a de la personnalisation, des fils RSS, des vignettes pour les nouveautés, et tutti quanti. Le principe de base est de relier des ressources (livres, périos, bases de données), des services (bibliothèques, bibliothécaires) et des lecteurs en les regroupant par leur centre d’intérêt: les livres de droit et la bibliothèque de droit proposés aux internautes étudiants en droit, par ex.

Si j’ai le courage, je vais le présenter par tranches: des petits bouts dans plusieurs posts au fur et à mesure, quand j’ai le temps.
Le truc du jour: il y a pour l’instant deux fils rss, un pour les actualités de la bibliothèque et un pour les nouveautés. Cf la page rss

Sachant que pour les nouveautés on fait un choix. Ce n’est donc pas à confondre avec “les nouvelles acquisitions”. On tire une sélection de nos nouveaux achats à raison de 120 bouquins par mois répartis en 12 disciplines. Je reviendrais plus en détail là-dessus une autre fois.

Pour l’instant, je suis juste content que ce soit en ligne.

February 3, 2006 at 5:43 pm 4 comments

Opac – projet graphique

Un des problèmes des opacs livrés en standard, c’est justement qu’ils sont standards, c’est-à-dire qu’ils ne respectent pas le “look” de votre site web.

Ci-dessous deux vues d’un projet de graphisme pour l’opac de la BU, correspondant au look de notre site.

Une page d’accueil et une page intérieure avec des documents.

Bien sûr il n’est pas du tout évident qu’on parvienne à réaliser exactement ça: c’est une image, et il faudra voir quelles sont les limites du systèmes en terme d’adaptibilité. Mais l’architecture générale de la page n’est pas tellement modifiée, ça ne devrait pas être absolument impossible. On verra.
Les commentaires et réflexions sont bienvenues.

Page d’accueil

Opac Easter Home

Page intérieure
Opac Easter Detail

February 1, 2006 at 11:07 am 4 comments


Feeds